Fiches techniques comme outil de recherche


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La Mauritanie face à Al Qaeda au Maghreb Islamique - Mauritania facing AQIM

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

La Mauritanie face à Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) [1] [2]



Par M. Thibault Laurin



Date de l’information : 11 mai 2011

Etats concernés : La Mauritanie et ses voisins l’Algérie, le Niger et le Mali. La région sahélienne comprend ces pays plus les pays africains bordés par la Sahara.


Type de conflit : L’apparition de groupes islamistes a déstabilisé la région sahélienne.


Evénement :

1° Genèse du mouvement islamiste en Mauritanie et au Sahel (1998-2007)

  • Le GSCPC est fondé en 1998 par Hassan Hattab (ex membre du Groupe Islamique Armé, le GIA) [1]
  • 2 avril 2002 : Massacre de 12 civils à Médéa (Algérie) [4]
  • 4 juillet 2005 : le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) attaque une caserne mauritanienne près de Lemghity (Mauritanie) [4]
  • 24 décembre 2007 : attentat à Aleg (Mauritanie) qui tue 4 touristes français [6]
  • 25 janvier 2007 : le GSPC devient AQMI sur demande Oussama Ben Laden [3]

2° « l’ère » AQMI (2007- )
  • 9 aout 2009 : attentat suicide contre l’ambassade de France à Nouakchott [5]
  • 23 juin 2009 : Christopher Leggett, travailleur humanitaire américain, est assassiné par balles à Nouakchott [5]
  • 26 juillet 2010 : Exécution de l’otage français Michel Germaneau suite à une mission de tentative de libération de l’armée mauritanienne [5]
  • 2 février 2011 : AQMI revendique une tentative d’attentat contre le résident mauritanien Mohammed Ould abdel Aziz. [14] Dans le même temps trois membres d’AQMI sont interpellés par les forces de sécurité mauritanienne. [15]


Thèses des parties :

Mauritanie : celle-ci s’est trouvée concernée par le phénomène d’actions violents islamistes du fait de la lente internationalisation du phénomène GSPC (internationalisation revendiquée en septembre 2006). Si des contacts entre la Mauritanie et des islamistes fondamentalistes sont à noter dès 2000 (Groupe Mauritanien pour la Prédication et le Jihad). C’est l’arrestation d’imams islamistes modérés le 25 avril 2005 qui provoque le début des violences en Mauritanie sous forme d’attentats (Lemghity, Tourine et El Ghelaouiya) puis d’enlèvements et d’exécutions. Face au « terrorisme » la Mauritanie (Cf. dernière déclaration du ministre de la défense mauritanien le 28/10/2010 réagit et a engagé une lutte militaire qui va dans le sens d’une coopération internationale accrue, choix d’une internationalisation de la lutte contre la violence « terroriste ». [6]
Algérie : si elle est le berceau GSPC, elle s’est engagée dans un processus de lutte et de coopération internationale dans le but de se débarrasser de la menace AQMI.
Mali : Ce pays est considéré comme une base arrière du mouvement mais son Etat c’est engagé fortement dans la lutte contre le terrorisme. Cet engagement s’illustre aujourd'hui par le patrouilles communes Mali/ Mauritanie. [11]


Actions entreprises au niveau national ou Réactions internationales, etc.:

La réaction étatique a été très forte depuis les attentats de 2005, militairement mais cette réaction s’incarne aussi dans des investigations policières et des politiques de partenariats avec la France notamment. Il est important de noter qu’il existe un débat en Mauritanie entre les personnes qui demandent une stratégie offensive telle qu’elle est mise en place aujourd'hui et ceux qui prônent une stratégie défensive qui se limiterait à une action réduite au territoire. [4]
Actions entreprises au niveau international
L’action internationale est partie prenante de la politique interne face à AQMI. On peut remarquer plusieurs dates cruciales et surtout on peut noter une certaine accélération des coopérations ces deux dernières années :
  • 22 mai 2008 : la treizième Conférence intergouvernementale de la Méditerranée occidentale (CIMO) pose les bases d’une coopération entre cinq Etats africains (Libye, Maroc, Algérie, Tunisie et Mauritanie) et États européens (Espagne, France, Italie, Portugal et Malte). Un des buts est la lutte contre la violence transnationale plus près de ses bases. Cela ce traduit par un échange d’information contre du matériel de renseignement notamment. Il est important de noter que les pays sahel veulent des moyens matériels mais rejettent une aide militaire qui apparaît comme une ingérence. [12] [14]
  • 12 et 13 août 2009 : Première concertation sur la sécurité au Sahel des chefs d’état major des pays du sahel à Tamanrasset. Un poste de commandement régional dans cette localité du désert algérien a été créé par Alger pour coordonner les activités de son armée, associée à celles de Mauritanie, du Mali et du Niger, cette information a été relatée par le ministère algérien de la défense. [7]
  • 21 Avril 2010 : une suite de rencontres entre les chefs d'état-major de sept pays du Sahel (Algérie, Mali, Niger, Mauritanie, Libye, Tchad, Burkina Faso met en place un comité commun, ce comité commun de surveillance est d’abord présidé par l'Algérie et concerne l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie. [8]
  • 26 septembre 2010 : une réunion sur demande d’Alger entre les chefs d’état-major de l’Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Mali réaffirme à Tamanrasset (Algérie) la volonté de ces pays de coopérer ; cela se traduit par l’installation d’un centre de renseignement sur le Sahel à Tamanrasset. Ce centre permet un échange permanent d’information entre les pays du comité commun. [9] [10]

  • 8 novembre 2010 : El watan relate que cette coopération porte ses fruits car à partir de ce jour ont lieu les premières patrouilles communes Mauritanie/ Mali le long de leurs frontières communes. [11]





Sources :

Le GSPC et l’AQMI
[1] Alain Rodier, « Al Qaeda au Maghreb Islamique à l’automne 2007», in Notes d’actualités, Centre Français de recherche sur le renseignement, Paris, 1/10/2007.[URL= http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/al-qaida-au-maghreb-islamique-lautomne-2007.php].
[2] Alain Rodier, « Organigramme d’Al Qaeda au Maghreb islamique », in Notes d’actualité, Centre Français de recherche sur le renseignement, Paris, 02/11/2010. [URL= http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/organigramme-al-qaida-au-maghreb-islamique.php].
[3] « Un groupe allié d'Al-Qaeda annonce changer de nom sur ordre de ben Laden » Agence France-Presse, 26/01/2007.
La Mauritanie et l’AQMI : évènements et relations internationales :
Attentats islamistes
[4] Mohamed El Moctar El Shingiti et Sid Ahmed Tefeil, « La Mauritanie face à Al Qaeda », in El Watan, Alger 15/10/2010
[5] Madjid Makedhi, « Le terrorisme sème la peur dans le pays », in El Watan, Alger 28/10/2010
[6] Hamadi Ould Baba Ould Hamadi, « Nous ne laisserons pas le terrorisme se déployer », in El Watan Alger 28/10/2010
[14] AFP, « Mauritanie, AQMI revendique l’attentat », Le Figaro, le 2 février 2011.
[15] Reuters, « Plusieurs membres présumés d’AQMI arrêtés en Mauritanie », Le Point, le 2 février 2011.
Réunions de coopérations militaires sahéliennes:
[7] Christophe Cornevin, « Une coopération antiterroriste renforcée avec le Maghreb », in Le Figaro, Paris 23/05/2008 [URL=http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/05/23/01016-20080523ARTFIG00312-une-cooperation-antiterroriste-renforcee-avec-le-maghreb.php]
[8] Abdellah Cheballah, « Sahel : quatre pays réunis en Algérie pour lutter contre le terrorisme », AFP 27/10/2010
[9] Salima Tlemçani, “Installation d’un centre de renseignements communs à Alger”, in El Watan, Alger 28/09/2010
[10] Salima Tlemçani, « Un sommet et des interrogations », in El Watan, Alger 12/10/2010
[11] AFP, « Lutte anti-Aqmi : Premières patrouilles mixtes Mauritanie-Mali », in El Watan, Alger 08/11/2010
Cadre international :
[12] Tajeddine Husseini, « Combattre le terrorisme est une affaire qui a un caractère global», in Aujourd’hui le Maroc, Rabat 15/10/2010
[13] Ahmed Ouyahia, « Le Sahel veut une aide au développement, pas de troupes étrangères », in Aujourd’hui le Maroc, Rabat via AFP 2/11/2010
[14] AFP, « L’Europe promet de l’aide aux pays du sahel », in Aujourd’hui le Maroc, Rabat 28/10/2010

Référence :

La Mauritanie : cadre général
Global items about Mauritania : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/mr.html
Charles Toupet, Georges Laclavère et Théodore Monod (dir.), Atlas de la République islamique de Mauritanie, Éditions Jeune Afrique, Paris, 1977, 64 p. (ISBN 2-85258-084-5)
GSPC et AQMI : présentation
Mathieu Guidère, « La tentation internationale d'Al-Qaeda », Focus stratégique, Paris, IFRI, décembre 2008.
Xavier Raufer (directeur), Alain Chouet, Anne-Line Didier, Richard Labévière & Leïla N., Atlas de l’Islam radical, Paris : CNRS éditions, 2007 (ISBN 978-2-271-06577-3)
Algéria watch, « Al-Qaeda au Maghreb, ou la très étrange histoire
du GSPC algérien », in Algéria watch [URL= http://www.algeria-watch.org/fr/aw/gspc_etrange_histoire_intro.htm]

Signification des différents acronymes :
GIA : Groupe Islamique Armé
GSPC : Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat
GMPJ : Groupe Mauritanien pour la Prédication et le Jihad
AQMI : Al Qaeda au Maghreb Islamique
DRS : Département du Renseignement et de la Sécurité

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum